Author Topic: Des autobus s'affichent contre «la mosquée de Ground Zero» - AFP  (Read 2340 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Alea

  • Sr. Member
  • *****
  • 26,545
  • Rate Post
  • Posts: 862
  • Alea Jacta Est
Agence France-Presse
New York
Publié le 10 août 2010 à 18h23 | Mis à jour le 10 août 2010 à 22h03


Des autobus s'affichent contre «la mosquée de Ground Zero»



Plus d'une vingtaine d'autobus de New York arboreront bientôt sur leurs flancs une publicité contre le projet de construction d'une mosquée et d'un centre culturel islamique près de Ground Zero, a-t-on appris mardi auprès de la régie des transports de la ville.

Ces publicités portant les mots «Pourquoi ici?» apparaîtront la semaine prochaine sur 26 des 6300 bus qui sillonnent la ville, a indiqué à l'AFP Kevin Ortiz, porte-parole de l'Autrorité métropolitaine des transports (MTA).

La question sera accompagnée d'une photographie d'un avion sur le point de s'écraser contre le World Trade Center, entouré de fumée, rappelant les attentats du 11 septembre 2001 revendiqués par Al-Qaïda et qui ont fait près de 3000 morts.

L'annonceur est l'organisation SIOA (Stop Islamization of America, Arrêtez l'islamisation de l'Amérique).

 «Bien que la MTA ne soutienne pas les vues exprimées dans cette publicité», celle-ci «a été acceptée aujourd'hui après examen de la politique de la MTA en matière de publicité et des procédures légales en vigueur», a déclaré M. Ortiz.

Cette campagne illustre l'ampleur de la polémique qui entoure ce projet de construire une mosquée à deux pâtés de maisons de Ground Zero, où se trouvaient les tours jumelles détruites le 11 septembre 2001.

L'imam à l'origine du projet n'est pas non plus épargné par la controverse, des parlementaires conservateurs ayant dénoncé mardi le fait que les contribuables américains soient amenés à financer l'une des visites dudit imam au Moyen-Orient.

Lors du point de presse quotidien de la diplomatie américaine, le porte-parole du département d'État Philip Crowley a en effet annoncé que la diplomatie prévoyait un voyage de Feisal Abdul Rauf au Qatar, à Bahreïn et aux Émirats arabes unis.

Il a expliqué que le voyage visait à présenter la vie musulmane américaine au reste du monde. M Philip a dépeint l'imam comme un modéré et a précisé qu'il s'agirait de son troisième voyage sous les auspices du département d'État.

Mais certains élus ont dénoncé ce voyage.

«Il est inacceptable que le contribuable américain soit obligé de financer le voyage de Feisal Abdul Rauf au Moyen-Orient», ont ainsi dénoncé deux influents représentants républicains, Ileana Ros-Lehtinen et Peter King, qualifiant l'imam de «radical» qui a attribué la responsabilité des attentats du 11 septembre aux États-Unis.

Le projet controversé de mosquée a franchi un obstacle important début août, lorsque la municipalité a autorisé la démolition d'un bâtiment jusqu'alors classé à l'emplacement où elle doit être construite.

Les partisans du projet soutiennent que la «Maison Cordoba», dont la construction avait été approuvée par le conseil municipal en mai, aidera à surmonter les stéréotypes négatifs dont continue à souffrir la communauté musulmane de la ville depuis les attentats.

Les opposants soutiennent que construire une mosquée si près de Ground Zero est une insulte à la mémoire des victimes.


http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201008/10/01-4305451-des-autobus-saffichent-contre-la-mosquee-de-ground-zero.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_etats-unis_286_section_POS3
"When the student is ready, the teacher will appear" Buddhist proverb

Offline Alea

  • Sr. Member
  • *****
  • 26,545
  • Rate Post
  • Posts: 862
  • Alea Jacta Est
Agence France-Presse
Washington
Publié le 13 août 2010 à 20h35 | Mis à jour à 21h00


Obama se porte à la défense de la «mosquée de Ground Zero»


Le président Barack Obama a défendu vendredi le droit d'installer une mosquée près du site des attentats du 11 septembre à New York, au nom de la liberté de culte garantie par la Constitution américaine.

«En tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont le même droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays. Cela comprend le droit de construire un lieu de culte et un centre communautaire dans une propriété privée dans le sud de Manhattan», a-t-il affirmé à l'occasion d'un repas de ramadan à la Maison-Blanche.

«Nous sommes aux États-Unis, et notre engagement en faveur de la liberté de culte doit être inaltérable. Le principe selon lequel les gens de toutes les croyances sont les bienvenus dans ce pays et ne seront pas traités différemment par leur gouvernement, est essentiel à ce que nous sommes», a ajouté le président, en citant le premier amendement de la Constitution des États-Unis qui garantit la liberté de culte.

M. Obama prend ainsi spectaculairement position dans une affaire qui provoque une polémique de grande ampleur depuis que le conseil municipal de New York a approuvé en mai la construction de cette mosquée.

Les déclarations présidentielles interviennent aussi alors que des associations de musulmans américains se sont dites inquiètes d'un «climat d'islamophobie exacerbé» dans le pays à l'approche du 11 septembre, qui coïncide cette année avec la fin du ramadan, calculé sur le calendrier lunaire.

Les partisans du projet de New York soutiennent que la «Maison Cordoba» aidera à surmonter les stéréotypes dont continue à souffrir la communauté musulmane de la ville depuis les attaques contre les gratte-ciel du World Trade Center, qui avaient fait quelque 3000 morts.

Les opposants soutiennent que construire une mosquée si près de Ground Zero est une insulte à la mémoire des victimes, et vendredi, M. Obama a reconnu la sensibilité de la question, soulignant que «les attentats du 11 septembre ont été un événement profondément traumatisant pour notre pays».

«La douleur et la souffrance de ceux qui ont perdu leurs proches est inimaginable. Donc je comprends l'émotion que provoque ce dossier. Ground Zero est sans nul doute une terre sacrée», a-t-il dit.


http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201008/13/01-4306450-obama-se-porte-a-la-defense-de-la-mosquee-de-ground-zero.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B12_en-manchette_278_section_POS1
"When the student is ready, the teacher will appear" Buddhist proverb

Offline Alea

  • Sr. Member
  • *****
  • 26,545
  • Rate Post
  • Posts: 862
  • Alea Jacta Est
Agence France-Presse
Washington
Publié le 15 août 2010 à 16h12 | Mis à jour à 18h04


Mosquée à Ground Zero: les républicains s'en prennent à Obama


Des élus républicains sont revenus à la charge dimanche pour dénoncer les propos de Barack Obama défendant le droit de bâtir une mosquée près de Ground Zero, présentant le président comme «déconnecté» de la population.

«Il ne s'agit pas de la liberté de culte, parce que nous respectons tous le droit que chacun a de prier selon sa conscience», a dit le sénateur républicain du Texas, John Cornyn, sur la chaîne Fox News.

«Mais je pense qu'il n'est pas judicieux de construire une mosquée à l'endroit où 3.000 Américains ont perdu la vie dans un attentat terroriste. Pour moi, cela montre que Washington, la Maison Blanche, l'administration et le président lui-même sont déconnectés» de la population, a ajouté l'élu.

M. Cornyn a estimé que cela pourrait avoir un impact sur les électeurs en novembre. «Je crois que c'est le genre de dichotomie que les gens perçoivent. Ils sentent qu'ils sont sermonnés, et non écoutés, et je crois que c'est la raison pour laquelle beaucoup de gens sont très en colère contre Washington», a-t-il dit.

A moins de trois mois des élections législatives de mi-mandat, et alors qu'une forte majorité des Américains est hostile à l'édification d'une mosquée  près du lieu des attentats qui ont fait quelque 3.000 morts en 2001, M. Obama a défendu vendredi le droit de mener à bien ce projet très controversé.

L'affaire suscite une intense émotion aux Etats-Unis, où sera célébré le mois prochain le neuvième anniversaire des attentats.

Le Républicain Peter King, représentant de New York à la Chambre basse, a reconnu que les musulmans avaient juridiquement le droit de construire cette mosquée. Mais il a appelé les auteurs du projet à «écouter la peine et la détresse que cela cause à tant de graves gens» et à étudier la possibilité de bâtir l'édifice ailleurs.

«La blessure est si vive, et ils mettent du sel sur cette blessure», a-t-il dit sur CNN.

Un sondage CNN Opinion Research montre que 68% des Américains sont opposés au projet et que seuls 29% l'approuvent, même si une majorité estiment que les musulmans ont légalement le droit de le réaliser.

Le démocrate Jerrold Nader, lui aussi élu new-yorkais, a affirmé pour sa part que la question n'était pas du ressort politique.

Si l'imam et les autres participants au projet «veulent que la mosquée soit ailleurs, c'est leur décision, et le gouvernement ne devrait pas faire pression d'une façon ou d'une autre», a-t-il insisté.

Dans un plaidoyer passionné, M. Obama a déclaré vendredi, lors d'un dîner de rupture du jeûne du ramadan, que les musulmans avaient «le droit de construire un lieu de culte et un centre communautaire dans une propriété privée dans le sud de Manhattan».

Il a toutefois effectué une mise au point samedi en affirmant qu'il ne s'était pas exprimé «sur le bien-fondé de prendre la décision d'installer une mosquée là-bas», mais seulement «sur le droit» de le faire.

La républicaine Sarah Palin, qui fut candidate à la vice-présidence lors de l'élection de 2008, a ironisé dimanche sur la réticence de M. Obama à se prononcer sur le bien-fondé du projet. S'adressant au président sur son compte Twitter, elle a écrit: «Nous savons tous qu'ils ont le droit de le faire, mais devraient-ils le faire ? Ce n'est pas au-dessus de votre compétence».


http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201008/15/01-4306711-mosquee-a-ground-zero-les-republicains-sen-prennent-a-obama.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_etats-unis_286_section_POS1
"When the student is ready, the teacher will appear" Buddhist proverb